|

Baisse du nombre de nouveaux cas de lèpre découverts

Les statistiques annuelles de l’organisation Mondiale de la Santé (OMS) le montrent: en 2017, 210 671 nouveaux cas de lèpre en tout ont été diagnostiqués, ce qui représente une baisse de deux pour cent par rapport à l’année précédente. S’il s’agit là d’une évolution positive ou négative donne cependant matière à spéculation.

150 pays ont participé à l'enquête - un nouveau record (Graphique: OMS)

Le problème: le nombre à la baisse de diagnostics n’indique pas obligatoirement moins de nouveaux cas de maladie. En effet, les statistiques font uniquement état des personnes ayant été examinées dans un établissement de santé. La lèpre étant cependant liée à une forte stigmatisation sociale, le nombre de personnes touchées qui ne consulte pas un médecin devrait donc être adéquatement élevé.

Les chiffres des nouvelles personnes diagnostiquées, qui au moment du diagnostic souffraient déjà d’un handicap visible (grade 2 disability G2D) suite à leur maladie sont donc plus révélateurs. Car ces chiffres peuvent servir de grandeurs de mesure pour l’efficacité des programmes de dépistage.

Baisse du taux global G2D
L’objectif de l’OMS est de ce fait, entre autres, de faire baisser le taux G2D de nouveaux cas à moins d’un cas pour un million d’habitants. Et dans les faits, cette valeur moyenne globale est passée de 2,5 en 2015 à 1,6 en 2017. Paul Saunderson, président de la commission technique de la Fédération internationale des organisations de lutte contre la lèpre ILEP, écrit à ce sujet: «Il est difficile d’y voir une tendance, quasiment la moitié de la baisse a été enregistrée en Inde et en Indonésie, mais nous allons observer cette évolution avec intérêt.»

FAIRMED se charge également d’une partie du dépistage des cas de lèpre en Inde. Dans l’État fédéral de Maharashtra, nous encourageons entre autres les activités de contrôle de la lèpre pour le dépistage des cas de la maladie et pour réduire les handicaps dus à la lèpre. Nous intervenons là où les programmes de l’État ne sont pas en mesure de localiser toutes les personnes concernées ou de les traiter convenablement.