Live-Ticker Point sur la situation dans les pays où FAIRMED est présente

Désormais, le coronavirus a atteint tous les pays où FAIRMED est déployée, et frappe particulièrement durement les plus démunis du monde. Ici, nous vous informons des dernières évolutions et vous donnons un aperçu de la situation sur place.

Nous sommes sur place - même en temps de Corona

Comme nous travaillons exclusivement avec du personnel local et ne devons pas faire appel à du personnel spécialisé, nous sommes en mesure de poursuivre nos projets existants même pendant la pandémie. Pour lutter contre la propagation du virus corona, nous équipons les établissements de soins de santé de désinfectants pour les mains, de masques et de kits de test, et nous sensibilisons la population aux mesures de protection. Merci de vous joindre à nos efforts pour aider les plus pauvres parmi les pauvres. Faire un don ici.

Mardi, 05.01.2021

Touadéra réélu président - les troubles continuent

Faustin-Archange Touadéra a obtenu un second mandat en République centrafricaine (RCA). La radio étrangère de la République fédérale d'Allemagne en a fait état mardi matin. Selon les résultats encore préliminaires, le président sortant a remporté près de 54 % des voix. Le résultat doit encore être officiellement confirmé par la Cour constitutionnelle.

Cependant, certains candidats de l'opposition ont demandé l'annulation de l'accord en invoquant des "irrégularités et des fraudes". L'élection a eu lieu fin décembre. Avant, pendant et après l'élection, il y a eu des attaques de rebelles armés qui voulaient perturber le processus électoral.

Entre-temps, tout notre personnel sur le terrain a été conduit à la capitale Bangui. Ils signalent que les voies de transport entre la capitale et de nombreuses villes de province ont été interrompues et que l'approvisionnement en marchandises se raréfie donc. Le gouvernement tente d'élaborer un plan pour maintenir les fournitures médicales dans le pays. Le personnel de FAIRMED sur le terrain doit être impliqué dans ces plans.

Les combats continuent

Ils rapportent également que les rebelles ont pris le contrôle d'autres villes. Cela a également été confirmé par le "Frankfurter Allgemeine Zeitung" mardi. Selon le journal, des groupes rebelles ont capturé la ville diamantaire de Bangassou au cours du week-end. Les combattants avaient attaqué samedi matin la ville, située au sud-est à la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), et l'avaient placée sous leur contrôle dimanche. De nombreux habitants ont fui vers la RDC en traversant la rivière frontalière.

Samedi matin également, la ville de Damara, à 75 kilomètres de Bangui, avait été attaquée. Les forces nationales ont répondu aux tirs des assaillants et se sont retirées, tandis que les soldats de la MINUSCA ont renforcé leurs patrouilles dans et autour de la ville. Les grandes routes étant contrôlées, les rebelles lourdement armés se frayent un chemin à travers la forêt tropicale sur des motos et des petits camions.

Faustin-Archange Touadéra @Nacer Talel/AA/picture alliance

Jeudi, 24.12.2020

Un projet de grande envergure visant à éradiquer le pian en Afrique centrale a débuté

FAIRMED est connu en Afrique centrale depuis des décennies pour son expertise dans la lutte contre les maladies tropicales négligées. Nous avons donc été mandatés par l'OCEAC, l'organisation de développement de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale, pour soutenir plusieurs gouvernements dans la mise en œuvre d'un projet multi-pays visant à éradiquer pian en Afrique centrale. Le groupe cible comprend environ 1,4 million de personnes.

Dans un premier temps, nous voulons arrêter la propagation du pian parmi les populations indigènes Aka et Baka - qui sont particulièrement susceptibles de souffrir de cette maladie insidieuse - dans les 17 districts les plus touchés du Cameroun, de la République démocratique du Congo et de la République centrafricaine.

Lancement réussi du projet

Il y a quelques jours, le projet a été lancé avec pour premier objectif de traiter tous les patients de pian dans la zone du projet avec l'antibiotique azithromycine. Si le pian n'est pas traitée, il entraîne des mutilations et des handicaps sous forme de destruction massive de la peau, du palais, du nez et des os chez près d'un dixième des patients. La maladie touche le plus souvent les enfants et les adolescents et se propage particulièrement là où les conditions sanitaires sont mauvaises.

Toutefois, il ne suffit pas d'éradiquer pian en administrant des médicaments aux personnes concernées. Notre objectif est également de sensibiliser la population locale à la maladie, de former les agents de santé et d'introduire un système qui nous permette de suivre de près l'apparition de nouveaux cas. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons vaincre la maladie à long terme.

Les personnes concernées ne peuvent souvent être atteintes que par des moyens difficiles
Tous les patients de pian doivent être traités avec l'antibiotique azithromycine
Pour éradiquer la maladie, la population doit être sensibilisée

Mercredi, 23.12.2020

Nouvelles attaques des rebelles en République centrafricaine

La "Coalition des patriotes pour le changement" (CPC) a mené une série d'attaques coordonnées sur plusieurs sites en République centrafricaine (RCA), en particulier dans l'ouest du pays. Le personnel de FAIRMED est en sécurité pour le moment : trois d'entre eux ont été escortés par la Mission des Nations Unies (MINUSCA) depuis la ville de Nola, située au sud-ouest, et emmenés à la ville de Berbérati. Nous travaillons actuellement à leur faire prendre un vol d'évacuation humanitaire de Berbérati à Bangui.

Nos autres collaborateurs se trouvent dans la capitale Bangui, qui est pour l'instant en sécurité, selon le chef de Minusca, Mankeur Ndiaye. Selon M. Ndiaye, la Minusca a renforcé ses mesures de sécurité pour soutenir les Forces armées centrafricaines (FACA) et les Forces de sécurité intérieure (FSI) et a mis les forces de maintien de la paix "en alerte" dans tout le pays, en particulier dans l'ouest et autour de la capitale Bangui.

Une situation confuse

"Cette solide posture de la force a permis à la Faca d'arrêter toute avancée vers Bangui ou le contrôle des villes stratégiques", a poursuivi le chef de Minusca, ajoutant que de nouveaux avant-postes militaires ont été mis en place dans les zones sensibles ainsi que des patrouilles sur les principales voies de communication.

Un rapport du journal en ligne Corbeau News Centrafrique jette le doute sur ce compte : Elle indique que les habitants de la ville de Bangui ont repéré des rebelles. Ils rapportent également que des soldats de la faca ont fui la ville. Cela a provoqué le chaos au sein de la population, en particulier dans les districts périphériques du PK 11, 12 et 13. Dans la capitale elle-même, aucun coup de feu n'a été entendu pour l'instant, mais la panique a été enregistrée parmi la population des districts du nord.

Les élections auront lieu

Mais qu'est-ce que cela signifie pour les élections présidentielles prévues le 27 décembre ? Mankeur Ndiaye a assuré mardi que les élections auront lieu. "Nous pensons que toutes les conditions sont réunies pour que les élections aient lieu", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Tout en reconnaissant qu'il existe des zones d'insécurité, il estime que la situation est sous contrôle dans tout le pays. Si les élections étaient reportées, on risquerait "d'entrer dans une période d'instabilité incontrôlable", a averti M. Ndiaye du risque de "vide du pouvoir".