Live-Ticker Point sur la situation dans les pays où FAIRMED est présente

Désormais, le coronavirus a atteint tous les pays où FAIRMED est déployée, et frappe particulièrement durement les plus démunis du monde. Ici, nous vous informons des dernières évolutions et vous donnons un aperçu de la situation sur place.

Nous sommes sur place - même en temps de Corona

Comme nous travaillons exclusivement avec du personnel local et ne devons pas faire appel à du personnel spécialisé, nous sommes en mesure de poursuivre nos projets existants même pendant la pandémie. Pour lutter contre la propagation du virus corona, nous équipons les établissements de soins de santé de désinfectants pour les mains, de masques et de kits de test, et nous sensibilisons la population aux mesures de protection. Merci de vous joindre à nos efforts pour aider les plus pauvres parmi les pauvres. Faire un don ici.

Mardi, 22.12.2020

Le G5+ condamne la flambée de violence dans la RCA

Le G5+ - un groupe d'États et d'institutions internationales partenaires de la République centrafricaine (RCA) - dans un récent communiqué de presse, condamne fermement la recrudescence de la violence et des attaques dans plusieurs localités de la RCA. "Les membres du G5+ déplorent toutes les victimes de cette violence, qui touche particulièrement les civils centrafricains. Le G5+ appelle à un arrêt immédiat et inconditionnel des offensives coordonnées en cours des rebelles armés qui entravent le déroulement normal du processus électoral", peut-on lire dans le communiqué.

Le communiqué poursuit en disant que le G5+ estime que les élections du 27 décembre 2020 devraient se dérouler conformément aux échéances constitutionnelles. "Le G5+ appelle les acteurs centrafricains à s'engager pleinement dans le processus électoral et à contribuer au maintien d'un environnement propice à l'exercice du droit de vote par tous les citoyens", écrit le groupe en conclusion.

Lisez le communiqué complet ici.

Mardi, 22.12.2020

A l'approche des élections : La situation en République centrafricaine atteint un point culminant

A quelques jours des élections présidentielles de dimanche prochain en République centrafricaine (RCA), les rebelles ont attaqué les villes autour de la capitale Bangui. Les employés de FAIRMED sont également concernés.

Trois de nos collaborateurs se trouvent dans la ville de Nola, dans le sud-ouest du pays, pour des activités de projet et ne peuvent pas retourner à Bangui parce que les rues sont occupées par des rebelles. Cependant, la Mission des Nations unies en République centrafricaine (MINUSCA) nous a assuré qu'ils les aideraient si leur sécurité était menacée.

Entre-temps, notre personnel à Mbaiki a pu se mettre à l'abri et retourner à Bangui. Des combats y ont éclaté samedi, au cours desquels l'armée a pu prendre le contrôle de la ville. La Minusca - qui est censée garantir la sécurité du processus électoral, des candidats et de la population civile - nous avait soutenus sur le terrain en sécurisant nos véhicules dans leurs locaux.

Déstabilisation du processus électoral

Samedi seulement, plusieurs groupes armés ont annoncé leur fusion en un seul mouvement appelé la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), dirigé contre le gouvernement de la République centrafricaine.

Ils s'étaient déplacés vendredi sur des routes essentielles pour l'approvisionnement de la capitale. Le gouvernement avait donc craint un blocus de Bangui, comme l'écrit le portail d'information nau.ch. Les groupes rebelles accusent le président Faustin Archange Touadéra d'avoir truqué les élections présidentielles et parlementaires.

L'ancien chef de l'Etat Bozizé parmi les rebelles ?

Pour sa part, le gouvernement accuse l'ancien chef de l'Etat François Bozizé de préparer un coup d'Etat. Selon le gouvernement, Bozizé a été vu pour la dernière fois avec des combattants des milices qui avaient avancé sur Bangui. Bozizé a nié cette accusation.

Bozizé est revenu d'exil il y a un an. Il voulait en fait se présenter aux élections contre Touadéra dans une semaine. Mais la Cour constitutionnelle a interdit sa candidature. Les juges ont cité comme raison les sanctions imposées par l'ONU à l'ancien chef d'État pour avoir prétendument soutenu des milices. Bozizé a assuré qu'il acceptait le verdict.

Les véhicules de la Minusca à Bangui

Vendredi, 18.12.2020

Autodétermination pour les Baka indigènes

Les indigènes Baka d'Abong-Mbang, dans l'est du Cameroun, mènent une vie marquée par la pauvreté, la maladie et une mortalité maternelle et infantile élevée. En tant que minorité ethnique, ils souffrent également de discrimination sociale et juridique. FAIRMED mène donc un projet à Abong-Mbang qui donne aux Baka l'accès aux services de santé. Nous les aidons également à revendiquer leurs droits civils, coutumiers et fonciers afin qu'ils puissent mener une vie autodéterminée.

Pour atteindre cet objectif, nous soutenons, entre autres, l'organisation locale ASBADJA (Association des Baka de l'arrondissement du DJA), qui représente les intérêts des Baka au niveau local. Nous nous sommes récemment rendus au Cameroun pour travailler sur une stratégie visant à renforcer le rôle et l'influence de l'organisation dans les processus décisionnels locaux.