|

Maladies tropicales négligées : plus d’un milliard de personnes sont traitées

Avec la Déclaration de Londres sur les maladies tropicales négligées (NTD), la communauté internationale s’est fixé pour objectif de contrôler, d’éliminer ou d’éradiquer dix NTD d’ici 2020. La déclaration a été signée il y a sept ans par des groupes pharmaceutiques, des États et des ONG. Il est donc grand temps d’établir un bilan intermédiair.

Le pourcentage de personnes qui ont besoin d'un traitement pour les NTDs et qui en ont reçu un est passé à 65 %.

Les bonnes nouvelles d’abord : le nombre de personnes qui ont reçu un traitement pour au moins une de ces dix NTD est passé de 730 millions en 2011 à 1,03 milliard en 2017. Le pourcentage de personnes qui ont besoin d’un traitement pour des NTD et en ont reçu un a par conséquent augmenté pendant la même période ; il est passé de 37 % à 65 %.

De plus, des avancées ont été réalisées en ce qui concerne l’élimination des maladies. En effet, jusqu’en 2011, l’élimination d’au moins une NTD a été confirmée dans 13 pays seulement. Depuis la signature de la déclaration, 28 autres pays sont venus s’ajouter. C’est ce que rapporte le réseau « Uniting to Combat NTDs », qui contribue de manière significative à faire en sorte que des médicaments contre les NTD soient disponibles dans toutes les régions du monde.

Les progrès ne sont pas les mêmes pour toutes les maladies
Pourtant, alors que ces chiffres sont extrêmement positifs, le combat contre certaines autres NTD n’en est encore qu’à ses débuts. Car les dix maladies mentionnées dans la déclaration sont exclusivement des NTD pour lesquelles il existe déjà des méthodes de diagnostic et des médicaments facilement utilisables sur le terrain comme, par exemple, la lèpre ou diverses infections parasitaires.

« Mais pour les maladies pour lesquelles les méthodes de diagnostic et les médicaments sont chers, compliqués ou n’existent tout simplement pas, il y a toujours de grosses lacunes en termes de soins », déclare David Maurer, secrétaire général de la Swiss Alliance against Neglected Tropical Disease (SANTD), dont FAIRMED fait également partie. « Les membres de la SANTD essaient d’intervenir dans les domaines de la recherche, du développement, du travail sur des projets et de la transmission de connaissances », ajoute Maurer.