|

Nouveau foyer d’Ebola au Congo : «Chaque minute compte»

Au Congo, un nouveau foyer d’Ebola s’est déclaré – et ce, quelques jours seulement après que la récente épidémie avait été officiellement déclarée comme terminée. 20 personnes seraient déjà mortes de cette maladie.

Quatre nouveaux cas ont été détectés (©WHO/L. Mackenzie)

Sur six échantillons de sang analysés chez des patients de la région des environs de la ville de Beni, dans le nord-est, le virus Ebola a été détecté dans quatre cas, écrit la Deutsche Presse-Agentur en référence à une déclaration du ministère congolais de la Santé. En outre, les autorités locales avaient signalé 26 cas présumés de fièvre hémorragique et 20 décès.

On ne sait pas clairement à l’heure actuelle si les nouveaux cas de la maladie sont liés à l’épidémie récemment déclarée dans le nord-ouest du pays. En dépit d’une distance d’environ 1500 kilomètres, il n’est pas possible de l’exclure. En effet, le virus Ebola, très insidieux, se propage rapidement et à grande échelle, ce qui le rend difficile à combattre.

«Lorsque un foyer se déclare, c’est la rapidité qui compte»
«L’apparition d’un foyer d’Ebola exige qu’on agisse rapidement. Chaque minute compte», a commenté Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS mercredi sur Twitter. Cette rapidité de réaction a été un facteur décisif dans la lutte contre l’épidémie récente. Le nouveau foyer doit donc être combattu de la même manière.

Cette approche est saluée par le Dr méd. Bart Vander Plaetse, responsable de programme chez FAIRMED : «Lorsqu’un foyer d’Ebola se déclare, c’est la rapidité qui compte», confirme-t-il. Lors de la récente épidémie, l’OMS a réagi avec une rapidité extrême. FAIRMED elle-même avait pris des mesures immédiates, il y a près de trois mois, pour prévenir la propagation du virus en République centrafricaine après l’apparition du foyer d’Ebola. En effet, le foyer d’Ebola au Congo menaçait également les zones frontalières de la République centrafricaine.