|

Possible avancée dans la lutte contre les infections parasitaires

Plus d’un milliard de personnes souffrent de maladies tropicales négligées (les NTD) et un grand nombre d’entre elles d’une infection parasitaire. Les chercheurs viennent d’annoncer un nouveau traitement médicamenteux, qui pourrait faire progresser de manière décisive la lutte contre ces maladies insidieuses.

L'éléphantiasis est causée par la lymphostase.

La liste des maladies tropicales négligées est longue. À côté des infections bactériennes comme la lèpre, des maladies virales comme la rage et d’autres maladies comme la gale, différente maladies parasitaires font également partie du groupe des NTD. Deux d’entre elles sont la cécité des rivières et l’éléphantiasis, qui peuvent provoquer de lourds handicaps et touchent plus de 157 millions de personnes dans le monde.

La cécité des rivières provoque des démangeaisons douloureuses et chez certaines personnes infestées, des lésions oculaires peuvent entraîner une cécité permanente. L’éléphantiasis se caractérise par une augmentation extrême de parties du corps, déclenchée par un épanchement de la lymphe. Les deux maladies sont causées par des vers qui dépendent, lors de différentes phases de leur cycle de vie, de bactéries symbiotiques Wolbachia. Mais un traitement quotidien aux antibiotiques qui tue les bactéries Wolbachia dure de quatre à six semaines.

Traitement plus court possible
Dans un travail récemment publié, des chercheurs de l’université de Liverpool écrivent que le même résultat pourrait être obtenu en sept jours avec un nouvel antibiotique. Pour le moment, l’efficacité est certes encore limitée à des expérimentations animales, mais une utilisation chez l’être humain aurait d’énormes répercussions sur la lutte contre les infections parasitaires. Car le produit pourrait aussi être administré oralement, comme l’écrit la plateforme scientifique IFlScience.

L’administration par des cachets à la place de piqûres et une durée de traitement plus courte sont des facteurs importants pour la lutte contre les NTD. Car ces maladies surviennent avant tout là où les soins médicaux, les structures sanitaires et l’eau potable propre font défaut. C’est-à-dire précisément là où FAIRMED est présente pour permettre aux plus démunis de ce monde de jouir d’une meilleure santé.