|

« Une grande dignité dans des conditions inhumaines »

Les Akas indigènes de République centrafricaine vivent dans une pauvreté extrême et sont souvent discriminés. La collaboratrice de FAIRMED et ethnologue Johanna Vögeli a pu constater par elle-même comment ils défient cette situation et quel rôle la communauté y joue.

Julienne Mokongo a marché 90 kilomètres avec un kyste dans l'estomac.

Elle s’est récemment rendue au cœur du continent africain pour rendre visite aux Akas dans la préfecture de la Lobaye. Dans les villages isolés, Vögeli a découvert une immense pauvreté: « J’ai déjà voyagé dans beaucoup de pays, mais je n’avais encore jamais rencontré une pauvreté aussi flagrante. Des plaies ouvertes, des estomacs d’enfants enflés par la famine et des vêtements troués. Beaucoup ne possèdent qu’un seul vêtement et quelques feuilles de palme sur lesquelles ils dorment. » De plus, la vie de la minorité ethnique des Akas est empreinte de discrimination, d’exploitation massive et d’une forte hausse de la violence.

Pourtant, malgré cette situation apparemment désespérée, ils ne se laissent pas abattre: « Pour les populations des villages, renoncer n’est pas une option. J’ai rencontré une femme qui a parcouru 90 kilomètres à pied en trois jours, avec un kyste de deux kilogrammes dans l’estomac qui la faisait souffrir énormément. Je n’ai cessé de rencontrer une grande dignité dans des conditions inhumaines. Cela m’a profondément impressionnée. »

Lien étroit la nature et chaleur sociale
Mais où les Akas puisent-ils cette force ? « Il règne une grande cohésion au sein de la communauté. Les Akas entretiennent une proximité impressionnante avec la nature et une grande chaleur sociale », explique Vögeli. C’est pourquoi il est très important que les collaborateurs de FAIRMED comprennent le tissu social de la communauté pour pouvoir accéder à la population.

Comme dans tous ses projets, FAIRMED emploie uniquement des collaborateurs locaux dans la préfecture de la Lobaye, en République centrafricaine. C’est le seul moyen d’atteindre l’objectif du projet, qui est de permettre aux Akas d’accéder durablement à des soins de santé de bonne qualité.